Thématique et questions de recherche

 

Dès 2001, l’intervention éducative (IÉ) a constitué l’élément fondateur et fédérateur des travaux des membres du regroupement scientifique, et alimente encore aujourd’hui les réflexions menées au sein du CRIÉSÉ. Le construit d’IÉ, investigué à la fois sous les angles empirique, opérationnel, pragmatique et conceptuel, est emblématique de l'histoire du Centre de recherche et porteur de son identité. L’IÉ y est définie par « l'ensemble des actions finalisées posées par des personnes mandatées […] en vue de poursuivre dans un contexte institutionnellement spécifique - ici l'institution scolaire - les objectifs éducatifs socialement déterminés, en mettant en place les conditions les plus adéquates possible » (Lenoir, Larose, Deaudelin, Kalubi et Roy, 2002, np) ciblant l’apprentissage formalisé. Pour sa part, l’intervention socioéducative (ISÉ), objet de recherche central pour plusieurs membres du CRIÉSÉ, correspond à la réalité des institutions de formation de la société québécoise d’aujourd’hui. En effet, la pratique des personnels enseignants s’effectue davantage en collaboration avec des partenaires (Couturier, Larose et Bédard, 2009) issus d’horizons disciplinaire et sectoriel à la fois variés et complémentaires, référant à des fondements faisant de l’IÉSÉ un analyseur de l’action professionnelle dans les métiers de l’interaction humaine (Couturier, 2010). Ainsi, les dimensions individuelle et collective du développement professionnel (Correa-Molina et Gervais, 2011) dans les métiers de l’éducation et de la formation (Maubant et Piot, 2011) sont mises en évidence dans l’étude de leurs contextes d’application.

 

L’étude de l’IÉSÉ, conçue en tant que “praxis située” par l’entremise de divers dispositifs de médiation, est réalisée par l’articulation de ses fondements et de ses pratiques, définissant ainsi les deux orientations de la thématique du CRIÉSÉ. Celles-ci facilitent l’interaction dynamique entre les milieux de la recherche et de la pratique de façon à « mutualiser leurs efforts autour de la finalité praxéologique de “savoir pour agir / agir pour savoir” […] qui dessine le contour d'un espace commun indispensable à la fécondité des connaissances produites de part et d'autre » (Le Bossé, 2008, p. 160).

  

  Orientation 1 - L'IÉSÉ sous l'angle des fondements

Questions de recherche du CRIÉSÉ

· Qu'est-ce qui définit et distingue l'intervention éducative de l'intervention socioéducative dans une perspective écosystémique sollicitant les contributions interprofessionnelles, interdisciplinaires et intersectorielles?

· A quels fondements épistémologiques réfèrent les pratiques d’enseignement, de formation, professionnalisantes et collaboratives, en usage dans ou hors la classe, et qui prennent en compte l’action complémentaire et interactive des personnes intervenantes?

 

 Orientation 2 - L'IÉSÉ sous l'angle des pratiques

Questions de recherche du CRIÉSÉ

· Quels sont les processus qui guident et définissent les pratiques d’intervention (de planification, de mise en œuvre et de rétroaction; d’apprentissage professionnel, d’intégration et de perfectionnement; d’échange, de coopération, d’interaction et de partenariat) des métiers relationnels?

· Quels sont les déterminants, les caractéristiques et les particularités des pratiques d’intervention de nature éducative et socioéducative associés aux missions de socialisation, d’instruction et de qualification du curriculum de formation, et en quoi ceux-ci affectent-ils les mandats et “agirs” des différents acteurs des réseaux concernés œuvrant en synergie?

 

Transversaux à ces orientations, deux axes de recherche permettront l’opérationnalisation et la production de savoirs. Les pratiques et leurs fondements seront étudiés par les dispositifs de médiation suivants.

 

Axe 1 - L'analyse des dispositifs pédagogiques, didactiques, technologiques et partenariaux soutenant la mise en œuvre de l’IÉSÉ

 

Axe 2 - L'analyse des contextes de formation visant la professionnalisation dans les métiers relationnels concernés par l’IÉSÉ

 

 L'analyse des dispositifs d’intervention ou de formation, qualifiés de dispositifs de médiation (Couturier et Larose, 2006), peut être d'ordre pédagogique, institutionnel ou instrumental. Ces dispositifs réfèrent aux contextes plus ou moins formalisés dans lesquels se réalise la médiation de savoirs (réifiés, formalisés ou homologués puis didactisés) par le biais de transactions ou d'interactions situées lors du déploiement de l'IÉSÉ. Ceux-ci sont propres aux disciplines contributoires au champ d'opérationnalisation de la recherche, aux professions ainsi qu'aux métiers relationnels des personnes intervenant certes en milieu scolaire, mais aussi dans les réseaux de la santé, des services sociaux, du communautaire, au sein des réseaux familiaux, voire de l'entreprise. Dans cette perspective, la logique de l'IÉSÉ en est une de médiation des savoirs, entre personnes formatrices et formées, dans le sens de la recherche d'un effet sur la compréhension du monde et les conduites des acteurs impliqués. C’est ainsi que le CRIÉSÉ met en exergue les différentes facettes de l’acte de formation, lors duquel l’IÉSÉ joue un rôle central par le déploiement de pratiques interdisciplinaire et interprofessionnelle. Cette focalisation distingue très clairement le CRIÉSÉ des autres regroupements de recherche à la Faculté de l’éducation de l’UdeS et des tierces universités québécoises.

 

Ainsi, le CRIÉSÉ forme actuellement le seul regroupement québécois de chercheures et de chercheurs dont le champ d'investigation se situe à la charnière des réseaux de l'éducation, de la santé, des services sociaux et du communautaire, étudiant les pratiques éducatives (intrascolaires) et socioéducatives (périscolaires) sous l'angle des dispositifs de médiation des savoirs en contexte d'interdisciplinarité professionnelle et d'intersectorialité. Cet élargissement de la problématique est en phase avec les priorités sociales formulées dans les politiques publiques depuis une quinzaine d’années (ex.: entente de complémentarité MSSS-MELS).

 

 

Références bibliographiques

 

Correa-Molina, E. et Gervais, C. (2011). Se former professionnellement par la pratique: une dynamique individuelle et collective. Revue des sciences de l’éducation, 37(2), 231-236.

Couturier, Y. (2010). L’intervention, à la fois un concept et un analyseur de l’action professionnelle dans les métiers de l’interaction humaine. Lettre de la Chaire de recherche du Canada et du Centre de recherche sur l’intervention éducative, 9(2), 1-4. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.crie.ca/>.

Couturier, Y., Larose, F. et Bédard, J. (2009). Continuités et discontinuités de l'intervention éducative et de l'intervention socioéducative en milieu scolaire défavorisé. Les sciences de l’éducation - Pour l'Ère nouvelle, 42(4), 93-116.

Couturier, Y. et Larose, F. (2006). Transitions et médiations croisées en intervention éducative. Conditions et potentialités d’une recherche collaborative en milieu scolaire. Revue électronique de sociologie et de sciences sociales Esprit critique, 8(1). Document téléaccessible à l’adresse <http://www.espritcritique.org>.

Le Bossé, Y. (2008). Penser pour agir: l’impératif d’une praxis scientifique dans le champ des pratiques sociales. Nouvelles pratiques sociales, 21(1), 158-166.

Lenoir, Y., Larose, F., Deaudelin, C., Kalubi, J.-C. et Roy, G.-R. (2002). L'intervention éducative: clarifications conceptuelles et enjeux sociaux. Pour une reconceptualisation des pratiques d'intervention en enseignement et en formation à l'enseignement. Esprit critique, 4(4). Document téléaccessible à l’adresse <http://www.espritcritique.org/>.

Maubant, P. et Piot, T. (2011). Étude des processus de professionnalisation dans les métiers adressés à autrui. Les sciences de l’éducation - Pour l'Ère nouvelle, 44(2), 7-12.